Cette année j’ai été extrêmement gâtée. J’ai eu la chance d’être invitée à différents déjeuners de presse avec pour cadre les plus belles tables de Paris. Aujourd’hui j’ai envie de partager avec vous ce moment que j’ai passé au restaurant Apicius, au cœur de Paris à quelques pas des Champs-Elysées.

Le chef Mathieu Pacaud avait imaginé un menu sur mesure en accord avec les vins blancs du château Chantegrive et les vins rouges du château Cos labory. A quelques semaines des fêtes de fin d’année, il pourra peut-être vous donner des idées.

Château de Chantegrive

Je vous avais déjà présenté ce château à l’occasion d’un autre déjeuner à l’Archeste.
C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé Marie-Hélène Lévêque. Elle entretient avec toujours autant de passion le travail familial entrepris depuis les années 70. Le château implanté sur le terroir des graves a reçu en 2017 la certification de Haute valeur Environnementale de niveau 3 (HVE 3). Il permet d’identifier les exploitations engagées dans des démarches respectueuses de l’environnement.

Nous avons été accueillis avec la cuvée Caroline de 2017.
Cette année n’a pas été bonne et le millésime est compliqué. Les raisins ont gelé en avril puis ont été écrasés par de violents orages en août juste avant les vendanges. Les grappes ont dû être rapidement ramassées à la main. il n’y a pas eu de pré fermentation et le vin qui en résulte est légèrement trouble.
Il présente à la dégustation une belle tension et des arômes de pamplemousse rose.

Le graves blanc 2015 a accompagné les différents amuse bouche : mousse de petits pois, concombre et curry, confit d’oignon doux …

C’est un blanc classique, rond au nez très frais. Il est excellent à l’apéritif et présente un bon rapport qualité prix  (13€ environ).

La cuvée Caroline 2015 a été servie avec le ceviche de Saint-Jacques. Des arômes de fleurs blanches au nez, un boisé fondu et discret en bouche, c’est un équilibre parfait avec les Saint-Jacques. Cette harmonie des saveurs est un vrai coup de cœur (16€ environ).

Le ceviche s’accompagnait d’une huile d’olive au jus de mandarine frais (une idée à retenir !), de pourpier et d’algues japonaises frites. Une merveille pour les papilles !

Château Cos Labory

Le cru de ce domaine familial s’épanouit depuis plus d’un siècle. Il y a eu au départ François Labory qui a donné son nom au château. Puis plusieurs propriétaires se sont succédé jusqu’en 1922 année où le grand-père de Bernard Audoy, actuel dirigeant du château, a repris les rênes du domaine.
Le vignoble de 18 hectares est posé sur la colline de Cos. Il bénéficie d’un terroir de graves quaternaires et d’un drainage remarquables.

Nous avons dégusté des Saint-Estèphe de différentes années.

A commencer par Charme de Cos Labory en 2012 et 2015. Ils ont été servis avec du cabillaud confit sauce Genevoise. Passée la surprise de cet accord inhabituel de poisson et de vin rouge, j’ai été enchantée. La sauce genevoise est une sauce au vin rouge. Le cabillaud était servi avec une purée de céleri rave et du céleri boule.

Le Charme 2012 est un vin de plaisir agréable à boire. Le 2015 peut encore être affiné (entre 15 et 16€).

Les Saint-Estèphe 2011 et 2012 se sont accordés avec de la selle d’agneau, un plat classique dont la cuisson était parfaitement maîtrisée.
Le 2011 présentait un bel équilibre assez doux, j’ai préféré le 2012 plus charpenté (entre 30 et 32€ ).

A ce stade une belle collection de verres se tient devant moi, je ne les ai pas tous finis je vous rassure. Il est très intéressant de pouvoir comparer les différentes années d’un même château et d’un même vin.

Le repas s’est poursuivi avec du fromage présenté en bonbon. C’était de la mimolette accompagné du château de Chantegrive 2014.
C’est une idée sympa de présentation pour Noël.

Un Cérons 2015 du château de Chantegrive a été servi avec les mignardises du chef et le soufflé au chocolat.

C’est un beau vin tout en finesse, 100% sémillon. Ses notes miellées et épicées seront aussi appréciées sur des plats à base de foie gras, des fromages bleus ou simplement à l’apéritif.

Un grand merci à l’agence Transversal pour cette sublime expérience sensorielle.

2 Commentaires

  • Ouah! ma belle Annie! j’ai les papilles qui font des bonds!!ça donne très envie de franchir la porte du restaurant Apicius…tu as du te régaler avec tous ces bons mets tous ces bons vins…Un grand bravo aussi pour tes belles photos. Belle soirée. Bisous

Commenter